Au loin, des plateaux et des montagnes enneigées. La mer du Groenland qui se jette sur la côte. Des centaines de maisons colorées. Un port qui devient petit à petit un lieu branché, de vie et de plaisirs gustatifs. Reykjavik a tout pour plaire, et pourtant.

Il nous est difficile de l’avouer, mais la capitale islandaise ne nous a pas émus. Malgré de nombreux atouts qui lui permettent de vraiment s’inscrire dans un style scandinave qu’on apprécie, le charme n’opère pas. Une rue principale agréable et vivante, où touristes habillés chaudement croisent les locaux au cou dégagé et manches courtes en plein été à 7°C. De (trop) nombreuses boutiques de souvenirs et une architecture résidentielle assez banale en font une capitale qui vit, mais qui ne nous marque pas.
Et pourtant, en s’y promenant on se laisse porter par certains détails qui nous font profiter de ce moment unique qui nous procure toujours autant de plaisir qu’est la découverte d’une nouvelle ville. La météo est clémente et nous offre une belle lumière, un ciel bleu légèrement voilé et un vent encore peu puissant en ce début de séjour. On se promène dans les rues, on s’arrête dans de nombreuses boutiques de décoration et de design, on observe les bars tous plus différents les uns des autres et on s’octroie une pause méritée dans un café, en mangeant une gaufre. 
Le soir, on observe les derniers rayons de soleil qui s’échappent tardivement derrière l’horizon, et en rentrant on croise de nouveaux les locaux, toujours autant réchauffés, mais avec la joie et l’euphorie de quelques bières cette fois-ci. Les Islandais ont le sens de la fête, et l’on sent que la ville s’éveille vraiment quand le soleil se couche.
On revient un peu sur nos premières impressions, on se dit que Reykjavik ne nous a pas émus mais nous a plu le temps d’une journée. Maintenant, il est temps de penser à ce que l’Islande a de plus beau à nous offrir.

Reykjavik a été la première étape de notre roadtrip, mais aussi la dernière. Notre court passage nous a tout de même permis de faire un petit city guide des adresses à découvrir, des activités à faire et de quelques jolis endroits que nous avons aimés :
Laugavegur : la rue principale, presque piétonne. Elle est bordée de boutiques déco / design, de souvenirs, de restaurants, cafés et bars.
Hallgrimskirkja : l’église luthérienne qui domine Reykjavik. Elle offre un très beau point de vue sur la ville, moyennant quelques couronnes islandaises pour prendre l’ascenseur et monter dans le clocher. Si vous n’allez pas en haut, entrez dans l’église pour observer son architecture impressionnante de l’intérieur.
Harpa : c’est LA salle de concert qui est devenue emblématique parce qu’elle dénote totalement avec le reste de la ville. Elle est implantée sur le port, et la vue sur les montagnes et les plateaux enneigés derrière elle en font un bâtiment photogénique.
Dîner chez Saegrefinn : situé dans à l’entrée du port, ce petit restaurant au décor très typique propose d’excellentes brochettes de poissons frais, de la soupe de poisson à la langouste islandaise et d’autres produits locaux. Soyez sûrs de faire connaissance avec vos voisins de table. (Ils proposent aussi de la baleine, que nous vous déconseillons de manger, ici ou ailleurs.)
Observer les baleines avec Elding : une société qui permet de faire des sorties en mer touristiques. Nous avons testé. Ce n’est pas donné, et pas sûr de voir des baleines. Si vous n’en voyez pas, ils proposent de revenir dans les 2 ans pour essayer de les apercevoir. Nous n’en avons pas vu, et avons décidé de ne pas retenter l’expérience : la mer étant très (très) agitée, les trois heures en mer furent vraiment éprouvantes ! (mais ce sont de bons souvenirs.)
Monter jusqu’à Grundarhverfi : un village situé au nord de Reykjavik, qui offre un très joli point de vue sur la capitale, avec son église noire. Il y a également un golf dans ce village, et la vue sur la mer y est superbe.
S’arrêter à Pylsuhúsið : un tout petit stand de hot-dogs. Ce n’est vraiment pas islandais, mais la saucisse est à la viande de mouton. C’est aussi un coupe-faim très abordable quand on se promène dans la ville.
Prendre une pause au Mokka Kaffi : notre dernier café avant le retour. Une ambiance feutrée, de grands cafés latte et chocolats chauds, des pâtisseries et des plats salés. La moyenne d’âge varie entre les moins de 30 ans et les plus de 50 ans, ce qui en fait un café très atypique.
Observer le coucher du soleil à Seltjarnarnes : la pointe de Reykjavik, qui offre un point de vue imprenable sur le phare Grotta, avec le coucher de soleil en fond. Il y a du monde pour prendre des photos, il y a du vent, des vagues, et les poteaux électriques abandonnés au milieu de l’eau nous plongent dans une époque où le phare était encore habité.

2 thoughts on “Islande : les couleurs de Reykjavik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *